Fichier BCF : BIM collaboration format

La transition numérique dans le secteur du bâtiment se manifeste par la démocratisation de la technologie et méthode BIM dans l’étude des ouvrages. Grâce au format de collaboration BIM BCF, la maquette numérique ne représente plus uniquement un outil de travail ou un livrable. Elle est également un support d’échanges entre les différents acteurs d’un projet. Une évolution de plus pour renforcer la collaboration des intervenants, faciliter la gestion et la résolution des problèmes dans un projet de construction.

Qu’est-ce que le format de collaboration BIM BCF ?

Tout comme le format IFC (Industry Foundation Classes), le BCF est un format de données openBIM. Développé par l’organisation internationale Buildingsmart, ce format de fichier est destiné à faciliter l’ensemble des échanges qui gravitent autour d’un modèle BIM. Il offre la possibilité d’éditer un commentaire, de poser des questions ou de mettre en évidence des incohérences techniques directement depuis une vue de la modélisation. Les remarques peuvent être associées à un angle de vue particulier et à un ensemble d’objets.

A lire aussi : Comment se faciliter la gestion de contrats ?

Certains logiciels comme Archicad permettent de créer directement un commentaire sous forme de fichier au format BCF BIM. D’autres, comme Autodesk Revit, exigent l’installation d’un plugin pour pouvoir exporter des annotations depuis le modèle BIM.

Comment se présente un fichier BCF ?

Contrairement au format IFC qui contient l’ensemble des données du modèle, le BIM Collaboration Format partage des informations textuelles ou visuelles totalement séparées de la maquette.

A découvrir également : Les fondations Raspberry Pi et CoderDojo fusionnent

Un fichier BCFzip se présente sous la forme d’une vue d’un point spécifique de la maquette, accompagnée d’un formulaire comprenant les éléments suivants :

  • le titre du sujet ;
  • l’auteur de la question ou du commentaire ;
  • l’historique des échanges en réponse à la création du sujet ;
  • éventuellement des impressions d’écran d’autres vues ou des liens vers des fiches techniques ;
  • la liste des objets concernés par la demande.

Concrètement, le fichier BCF remplace la traditionnelle impression d’écran annotée, puis envoyée par mail aux différents acteurs de la construction.

Qui peut utiliser le BCF ?

Du fait de sa neutralité, le fichier BCF peut être ouvert, exploité puis exporté directement depuis les différents logiciels métier (nativement ou par l’intermédiaire d’extensions). Les commentaires peuvent ainsi être lus, puis alimentés sur un même support, sans avoir à multiplier les échanges par mail.

L’interopérabilité de ce standard openBIM permet aussi d’être lu depuis les différents viewers gratuits (visionneuses IFC notamment). Ainsi, l’ensemble des acteurs du projet, même s’ils ne disposent pas d’outils comme le logiciel Revit Autodesk et de compétences en modélisation BIM (Building Information Modeling), sont en mesure de participer aux échanges. Cet outil ouvert à tous est notamment très utile pour impliquer les entreprises de construction dans le processus BIM pendant les études d’exécution par exemple.

Pourquoi utiliser le BIM collaboration format ?

Malgré les possibilités techniques offertes par la technologie BIM, le moyen d’échange privilégié entre les acteurs d’un projet BTP reste souvent le courriel. Or, le BIM collaboration format permet une meilleure collaboration (implication de tous) et un gain de temps non négligeable dans l’identification et la résolution des problèmes (Issue management).

L’un des avantages du format BCF openBIM est de pouvoir contextualiser directement sur un fichier la localisation d’un point technique. Le destinataire de la question ou du commentaire n’a pas besoin de chercher manuellement à l’intérieur de la modélisation 3D l’emplacement concerné. De la même manière, l’expéditeur ne perd pas de temps à décrire dans un mail ou par téléphone l’endroit exact à étudier.

En centralisant sur un même fichier l’historique des échanges répondant à une question soulevée, le risque de perdre des informations est considérablement réduit. Les intervenants peuvent accéder aux données partagées en temps réel.

Enfin, il est possible de centraliser l’ensemble des fichiers BCF sur un espace partagé réservé à cet effet. Ce « cloud » dédié peut être directement intégré à l’environnement de données commun (EDC) si la plateforme choisie dispose d’une solution de BCF management. Il est également possible de choisir un outil spécifiquement dédié à la gestion des problèmes. Ce type de dispositif peut être connecté à la plupart des logiciels métier et propose de suivre en temps réel l’état d’avancement des différents sujets ouverts. Il permet également de recevoir des alertes lorsqu’une réponse est ajoutée ou si un sujet est modifié.

La centralisation de tous les fichiers BCF est très utile en phases de conception et exécution, notamment lors des études de synthèse technique ou architecturale. Pour que ces phases soient pleinement efficaces et organiser les flux de travail, un processus BIM clair est indispensable. L’équipe chargée du BIM Management doit s’assurer d’encadrer le mode de signalement, de gestion et de résolution des problèmes.

L’utilisation des fichiers BCF dans un processus BIM

La réussite d’un projet et la parfaite collaboration BIM de tous les acteurs dépend bien sûr des outils utilisés, mais aussi d’une démarche clairement définie en amont. Le processus, détaillé dans la convention BIM et établi par le BIM manager, est une feuille de route indispensable pour savoir comment gérer les annotations BCF.

Il convient de définir (entre autres) les points suivants :

  • Qui est autorisé à ouvrir un sujet et à quel moment ?
  • Comment sont notifiés les intervenants d’une nouvelle question (alerte par email par exemple) ?
  • Tous les types de sujets sont-ils accessibles à tous les acteurs du projet ?
  • Le nombre de sujets « ouverts » (non clôturés) est-il limité ?
  • Qui est autorisé à répondre à un sujet ?
  • De quelle manière sont diffusés les fichiers BCFzip (courriel, plateforme spécialisée) ?
  • Existe-t-il une convention de nommage et/ou une arborescence à respecter pour l’organisation des fichiers ?
  • Des comptes rendus BCF doivent-ils être rédigés pour résumer les éventuelles modifications à apporter à la maquette ? Si oui, qui est chargé d’opérer la synthèse des informations et de rédiger ce document ?
  • Qui assure la clôture d’un sujet ?

Pour s’assurer que de tous les intervenants privilégient les annotations BCF lors de leurs échanges, la mise en place d’un processus clair et le choix d’un outil de BCF management intuitif sont indispensables. L’objectif est de proposer une démarche la plus simple possible pour éviter les échanges de mails parallèles et donc, une perte d’informations pouvant nuire à la qualité du projet.

Informatique