Le déploiement de la fibre a été mis à l’arrêt pendant le confinement

Presque 50% des français ont la fibre chez eux, il est devenu l’élément indispensable pour obtenir un réseau doté d’un très bon débit. En conséquence du confinement, le pays a tourné au ralenti et c’était aussi le cas pour les services de télécommunications. En effet, suite à cette pandémie l’installation de la fibre a été totalement stoppée.

Ralentissement de l’installation de la fibre

Après les mesures prisent par le gouvernement, impossible pour les services de télécommunications de mettre en place la fibre. De nombreux chantiers paralysés et repoussés, descendus à 40% ou au mieux 50% de leur activité, les entreprises sont remontés peu à peu à 75% aujourd’hui. Mais elles souhaitent au moins remonter jusqu’à 90% de leur capacité. Les acteurs de ce travail avaient pour objectif de déployer la fibre optique sur pratiquement tout le territoire français d’ici 2022. L’an dernier, près de 4,8 millions de prises fibre avaient été installées. Cette année, l’objectif était d’atteindre 5,3 millions de prises, mais malheureusement ce dernier n’a pas été atteint à cause du confinement. Seulement 4,3 millions de prises seront installées en 2020, soit un million de moins que l’objectif fixé.

A lire aussi : Paris sportifs : les conseils de la rédaction

Plan B : la solution de secours pour les clients

Les opérateurs proposent d’autres solutions à leurs clients afin de pouvoir accéder à une connexion internet jusqu’à ce qu’ils puissent intervenir chez eux pour le raccordement de la fibre optique.

Les fournisseurs d’accès à internet ont trouvé une solution pour limiter leur attente. Les clients ont pu bénéficier d’une enveloppe internet de 100 à 200 gigas pendant 2 mois, dans leur abonnement mobile. Cela leur a permis de rester connectés grâce à la 4G, et aussi de pouvoir connecter leurs appareils grâce au partage de connexion.

A lire également : Télémédecine : quelles sont les portées positives de cette transformation numérique ?

Un grand choix d’offres fibre se présentait à eux, mais laquelle était la plus avantageuse ? Les clients pouvaient par exemple utiliser ce comparateur de box fibre qui permet de trouver l’offre la mieux adaptée pour profiter d’une connexion à très haut débit pendant le confinement.

Le confinement a obligé les opérateurs à mettre leurs techniciens au chômage partiel

Face à la crise du Covid-19, beaucoup d’entreprises ont été contraintes d’arrêter leur activité et notamment le déploiement de la fibre optique. Impactés par l’épidémie, les opérateurs envisagent de mettre leurs salariés au chômage partiel. C’est le cas pour SFR et Bouygues Télécom qui ont connu un déficit pendant quelques mois. SFR a été contraint de mettre plus de 40 % de ses employés au chômage partiel. En revanche, Bouygues Télécom a fait en sorte de réduire le moins possible ses effectifs en mettant 20 % de ses employés au chômage partiel. Cela a entraîné un retard important dans l’installation de la fibre optique en France. Les techniciens ne pouvaient ni circuler librement pour installer les gaines de fibre dans la rue, ni installer les boîtiers de fibre optique chez les clients.

Certains clients qui s’étaient abonnés juste avant le confinement ont été laissé pour compte

Suite à la fermeture des entrepôts logistiques, de nombreux clients qui avaient commandé leur box avant le confinement, via le site de l’opérateur, ne seront malheureusement pas livrés. De même, pour l’installation de la fibre dans leur logement, certains ont vu leur rendez-vous annulé. Une grosse déception pour des milliers de personnes qui se sont retrouvées sans connexion internet durant la période confinement. Un point négatif qui a fait que le télétravail, une solution mise en place par beaucoup d’entreprises, n’a pas été possible pour certains.

Les opérateurs télécom en crise

Les opérateurs s’inquiètent d’une mise à l’arrêt total qui pourrait entraîner une chute libre pour certains qui ne serait pas en mesure de survivre face à cette épidémie. La situation devient critique : Etienne Dugas, président d’InfraNum, affirme qu’il leur faudra plusieurs mois pour reprendre un rythme normal et lance un appel à l’état. Il demande à rétablir une activité stable et fluide pour subir le moins de dégât.

Pour le coup, Orange avait misé sur les interventions prioritaires comme les hôpitaux, services de santés, services d’urgences, etc… De même pour les personnes fragiles qui doivent rester isolées. Les opérateurs ont fait en sorte que les clients ne manquent de rien et d’assurer la continuité de leurs services.

Actualité
Abonnez-vous à notre newsletter